Crédit photo 

PAROLES D'HOMMES

RÉSUMÉ DE LA PIECE

 

Un homme, la quarantaine, ex-militaire, s’est introduit dans un appartement. Il y a préparé un repas, mis le couvert et a posé une arme sur la table. Il attend l’arrivée du propriétaire. Soixante-huitard à la retraite, visiblement à l’aise financièrement, celui-ci entre… Surprise !

 

Une pièce de Denis Le Guillochet

À PROPOS DE L'AUTEUR

 

Denis Le Guillochet est un auteur français né en 1963 à Paris. Sa mère est institutrice et son père architecte. En 1970, ils créent leur compagnie théâtrale : Le Théâtre de L’Hêdonê . En 1972, ils montent “La Mégère apprivoisée“ de Shakespeare au festival d’Avignon. À sept ans, il est sur les planches, puis tourne sous la direction de son père “L’enfant et la mouette”,
diaporama long métrage sur trois écrans, écrit par sa mère. Le tournage a lieu pour partie à Paris sur les quais de la Mégisserie et en Bretagne, à Plougastel, Brest et Lorient.


À l’adolescence, il a la chance d’être pris sous l’aile de son professeur de français, Madame Dauphin, qui lui insuffle le goût de la poésie et lui fait découvrir les grands auteurs classiques. En parallèle, il apprend la guitare, compose et écrit ses premières chansons. Il a très tôt la chance de côtoyer Georges Brassens, qui lui conseille de se présenter à l’audition du Petit
Conservatoire de la Chanson de Mireille. Celle-ci lui ouvre alors les portes d’une littérature qu’il ignore : Albert Camus, André Gide, Emmanuel Berl

 

Michel Fugain interprète deux de ses chansons : “Où s’en vont” et “Je nous aime”, qu’il enregistre sur l’album “Un café et l’addition”. Juliette Gréco l’invite à chanter une de ses chansons, “Irlande”, à l’émission que Frédéric Mitterand consacre à l’existentialisme, au côté de Charlebois, Souchon, Sollers.

 

Il signe un contrat d’artiste chez Polygram et enregistre un album, “Laissez Libre”. Il écrit “L’enfant qui marche pour les autres” (Edition Michel Lafon), biographie de Gnep Amélie Smoeun, une enfant cambodgienne, victime d’une mine antipersonnel sous le régime des Khmers rouges, rapatriée par Handicap International à Lorient (Kerpape).

 

Puis départ pour New York où il vit une dizaine d’années. Il y exerce plusieurs petits métiers, devient assistant du photographe de mode Jacques Malignon, puis photographe à son tour. Retour en Europe, deux ans à Venise, puis Paris et aujourd’hui la Bretagne, au Pouliguen, où il vit avec son épouse. C’est au Pouliguen qu’il réfléchit et écrit : “Paroles d’Hommes”, pièce en quatre actes pour deux personnages. Cette pièce est dédiée à Madame Mélodie Gazançon. L’influence camusienne est évidente dans la réflexion de Denis Le Guillochet. Brassens, cet “anarchiste” qui traversait dans les clous pour ne pas avoir à adresser la parole à un flic, était son père spirituel. Dès le premier acte de “Paroles d’Hommes”,on remarque cette phrase : “Je ne sais pas.” Elle est à plusieurs reprises mise en exergue. Ce “Je ne sais pas”, souligne bien sûr l’Absurde, mais pousse à la compréhension. Ne pas savoir, c’est selon Denis Le Guillochet : “Être sous le ciel ici bas, sous le joug, avec mort et maladies, mais avec les Êtres. On est du temps qui passe, il faut se faire attention.”

 

PARTENAIRES

DISTRIBUTION

Georges

Jean-Claude Guillaume

 

Né en 1943, il se rêvait directeur de cirque, ses premiers spectacles sont pour la famille et les enfants du quartier.
A 14 ans, il joue déjà dans des kermesses ou des arbres de Noël avec des numéros de clown, de jongleur, et de magicien. C’est au lycée de La Baule, qu’il monte avec des copains le théâtre du Bilboquet. Ils jouent “Les caprices de Marianne”, d’Alfred de Musset, “Le Légataire universel” de J-F Regnard, des pièces de Tchékhov, etc... Et lors des galas du lycée, il se retrouve en première partie de Jacques Brel et de François Deguelt.
En 1966, il devient professeur de mathématiques.
Il continue le spectacle parallèlement à sa profession : numéros de variété, musique, (il est saxophoniste) et théâtre…
En 1974, il a créé le Groupe Artistique du Pouliguen qui a monté 72 pièces depuis sa création. Actuellement, il en est le président et le metteur en scène. Il a joué dans la totalité des pièces, interprétant le plus souvent les rôles principaux.
De 1989 à 2009, il est responsable de l’école de cirque de Pornichet. Il fait aussi régulièrement des ateliers théâtre, cirque et magie dans les écoles.
Dans les années 90, c’est Bernadette Bernard (fille de Xavier de Courville et de Jacqueline Casadesus) qui fait appel à lui pour différents spectacles de théâtre et de chansons dans le cadre du Micropéra.
Volontiers comique dans les comédies qu’il joue et met en scène, il se révèle émouvant et profond dans les registres plus grave, sa pudeur et sa retenue font alors découvrir de lui une autre facette qui nous touche car elle montre un homme au coeur bon, de ceux dont on disait au XVIIe siècle : “C’est un honnête homme”.

 

Sean

Denis Le Guillochet

 

Enfant de la balle, cela ne l’empêche pas de suivre des cours de théâtre : Cours Jean Périmony et Cours Florent. Il réussit le premier cours du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, mais victime d’une panne de réveil pour le second tour…
Il joue dans la compagnie théâtrale, le Théâtre de l’Hêdonê. Il tourne avec Yves Régnier, Jacques Fansten, Eric Summer et Philippe Galardi.

 

Mise en scène

Soazig Pichon

 

Dès l’enfance, elle est initiée au théâtre par son père, et son frère, le comédien Loïc Pichon.

Soazig est musicienne, elle dirige une chorale à Batz sur Mer. C’est au Pouliguen qu’elle fait la connaissance de Sabrina et Denis Le Guillochet en dirigeant les chants sacrés de leur mariage. C’est durant la préparation de cette cérémonie, qu’ils remarquent son sens artistique, sa perception précise et sensible des choses. C’est donc naturellement qu’ils lui proposent de collaborer avec eux dès qu’ils décident de créer “Paroles d’Hommes” au Pouliguen. Soazig, au fil du travail, se révèle “metteur en scène”.
Ne laissant passer aucune approximation et poussant les répétitions vers leur but final : les représentations. Son âme de musicienne et sa connaissance du théâtre, sa volonté et son oeil exercé l’ont donc tout naturellement amenée à signer cette mise en scène.

 

 

Scénographie & vidéaste

Thierry Merré

 

Thierry a vécu plusieurs années à l’étranger avant de revenir s’installer dans
la région où il a grandi. Il aura durant ces années d’expatriation obtenu un BA en FineArt Photography en Angleterre avant de s’envoler pour le royaume du Cambodge pour un peu plus de trois ans. Il y créera avec un associé l’agence Melon Rouge, spécialiste de l’image au Cambodge.
Il créera en 2011 la galerie d’Art HASY, spécialisée dans la photographie, la gravure et la sérigraphie.

 

 

Graphisme

Conception affiche

Hasy

 

LA GALERIE HASY a ouvert ses portes en 2012 au Pouliguen.
Elle est spécialisée dans la photographie “contemporaine”, la gravure et la sérigraphie.
HASY a pour objectifs l’organisation d’expositions et la promotion de ses artistes.
La galerie organise également avec ses artistes des échanges avec d’autres galeries (Arles, Malmö en Suède, Phnom Penh au Cambodge).

 

 

Musique

Denis Le Guillochet

 

Il compose pour son père des musiques originales pour la plupart de ses mises en scène : Caligula d’Albert Camus, Prévert en Fête, Alice au pays des Merveilles de Lewis Carol, Robinson Crusoé de Daniel Defoe etc… Il compose pour Michel Fugain, Juliette Gréco. Il enregistre un album sous le
nom de Denis Leg, en temps qu’artiste compositeur, auteur, interprète.

 

Conception son & lumière

Patrick Lafrance

 

Musicien, technicien du spectacle polyvalent, compositeur, créateur sonore et sound engineer depuis 35
ans, il fait de la technique sonore son activité principale.
D’abord par la prise de son en concerts (Sixun, Zazie, Luther Allison, festivals
de jazz, Mike Taylor, The Gospel Voices,
The Pollen...), puis en 1992, la création de Rhapsody Studio qui lui permettra
de travailler avec Buddy Miles, The Recycler, Carole Frédéricks, Axel Bauer,
l’Orchestre de l’Opéra Bastille...
Installé depuis 2001 dans le Sud-ouest, directeur pédagogique de l’école Adams, centre pédagogique des métiers techniques du spectacle, il reste en contact avec la scène et le design
sonore (Didier Ballan Jazz Ensemble, Hans Van Even, Id-Fix, Gric de Prat).
Un passage au conservatoire de Bordeaux dans la classe de Christophe Havel/François Dumeaux lui ouvre d’autres horizons sonores et créatifs.
Fin des années 80, il enregistre l’album de Denis Leg et l’accompagne à la guitare et à la basse.
Denis Le guillochet fait appel à ses services tout naturellement lors de la création de “Paroles d’Hommes ”.

 

Production - Diffusion

Evelen

Sabrina Alexandra Bouglione - Le Guillochet

 

Véritable enfant de la balle, elle créé en 1991 un cirque auquel elle donne le nom de son père, Joseph Bouglione.
Magicienne de grandes illusions, jongleuse, pianiste, acrobate sur cycle,
acrobate sur boule, non contente d’être en piste lors des représentations, elle administre et produit la totalité des spectacles qui partent en tournée sous son chapiteau, notamment “B… comme Beethoven” mis en scène par Pierrot Bidon (Cirque Archaos), “Le songe d’une nuit d’été”, “Mégalopolis, La Cité Underground”, “Conte d’Hiver” spectacle équestre musical avec Jeane Manson…
En parallèle, elle crée un deuxième cirque “Alexandra Bouglione” au Jardin
d’acclimatation à Paris de 2000 à 2003.

Elle y produit “Le voyage du dieu Pan” un spectacle de cirque en hommage à la mythologie grecque.
Elle y accueille également la Compagnie Art Obstrel avec “Le Syndicat des Clowns d’Ukraine” ainsi que des compagnies théâtrales, et c’est à cette occasion qu’elle fait la connaissance de Denis Le Guillochet en 2002 lors des représentations des “Fourberies de Scapin” sous son chapiteau.
De 2012 à 2014, elle travaille en tant que chargée de production et de diffusion auprès de Didier Pasquette (Compagnie Altitude), puis la chorégraphe Fred Deb’ (Compagnie Drapés aériens).
Parallèlement, elle crée sa Compagnie de production, Evelen, et organise notamment des stages et des spectacles de cirque.

 

L'ÉQUIPE DE CRÉATION

Photos plateau & presse

Lili.B

 

Photographe par passion, Lili. B aime figer l’instant à l’instant “T”.
Toutes les photos de ce dossier, prises de vues, étalonnages et tirages, ont été effectuées par ses soins.

 

 

Décor & conception

Communication

Virginie Steel

 

Sculpteur, baignée dans les années 70, ses sources d’inspiration et toutes ses
créations sont inévitablement influencées entre couleurs, formes et matériaux sans évidemment oublier le design.
En architecture, c’est l’attirance des années 30, formes épurées, simples, toutes en rondeur, et surtout la joie de ces années là…
Elle oriente ses études dans l’art graphique, à Nantes, travaille en free lance à Paris, devient directrice artistique pour de très grandes agences (Edition - communication - packaging
signalétique - marketing direct) : BBDO Proximity, FKGB, Léon Burnet, Mc Cain, Publicis, Play bac, RSCG, Renault, Sarbacane, Venise, Altavia…
Elle conçoit également les outils de communication de ”Paroles d’hommes”.

 

 

  • w-facebook